Tout ce que vous devez savoir sur la vie et les voyages dans une tiny house

Tout ce que vous devez savoir sur la vie et les voyages dans une tiny house

Le mouvement des tiny houses a pris d’assaut le monde entier. Partout où l’on se tourne, on voit apparaître une nouvelle tiny house-hôtel ou une autre émission de télévision sur les gens qui construisent (ou achètent) la maison de leurs rêves en miniature.

Mais qu’est-ce que ça fait vraiment de vivre dans une tiny house ? Et qu’en est-il de ces petites maisons de voyage construites sur roues – qu’est-ce qui en fait une meilleure option de voyage qu’un camping-car ou une caravane ?

Aussi populaire que soit ce nouveau mode de vie, il n’est pas exempt d’idées fausses et de confusions, en particulier lorsqu’il s’agit des versions itinérantes de ces minuscules maisons.

Dans cet article, nous vous présentons tout ce que vous devez savoir sur l’expérience concrète de la vie dans une tiny house, que vous optiez pour un véhicule sur roues ou que vous cherchiez simplement un petit espace pour y installer votre maison de façon permanente.

Qu’est-ce qu’une tiny house ?

Commençons par le commencement. Qu’est-ce qu’une tiny house exactement ? Il y a beaucoup de petites structures dans le monde, alors lesquelles sont admissibles ?

Bien qu’il n’existe pas de critères précis, la plupart des tiny houses sont des structures en bois d’environ 25m carrés ou moins, bien que certaines d’entre elles soient légèrement plus grandes. (À titre de comparaison, une caravane à sellette avec plusieurs glissières peut offrir jusqu’à 40 pieds carrés d’espace habitable, ce qui peut sembler assez grand selon les normes « minuscules »). Il existe cependant des grande tiny houses de plus de 5 tonnes car construites sur des remorques agricoles.

Le mouvement des « tiny houses » a un historique qui remonte aux années 1960 – ou même à l’époque de nos ancêtres troglodytes, si vous voulez être vraiment technique. Mais le mouvement tel que nous le connaissons aujourd’hui, qui se concentre sur la vie intentionnelle et minimaliste, a vraiment pris de l’ampleur dans les années 80 et 90, et a vu sa popularité monter en flèche dans les années 2010.

Les tiny houses sont de types et de styles très variés, et comme beaucoup sont conçues sur mesure par leurs propriétaires ou par des constructeurs comme Baluchon ou TocTocTiny, vous en trouverez quelques-unes qui sont totalement uniques et qui ne ressemblent à aucune autre tiny house au monde. Certaines tiny houses sont construites sur des fondations, mais il est également courant que les tiny houses soient construites pour vivre hors réseau, c’est-à-dire pour être totalement autonomes, en utilisant des outils comme les toilettes à compostage pour qu’elles restent fonctionnelles même sans être raccordées à la plomberie ou aux égouts de la ville.

Les tiny houses hors réseau sont généralement construites sur des plates-formes de remorques, ce qui signifie qu’elles existent sur des roues – ce qui, bien sûr, facilite grandement leur déplacement pour les voyages. Cependant, bien que beaucoup de gens pensent que les tiny houses de voyage ne sont que de jolies remorques de voyage, ce n’est pas si simple ! Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur les différences entre ces deux types d’hébergement axés sur le voyage.

Tiny house de voyage

Le mouvement des tiny houses est, pour beaucoup de ceux qui l’adoptent, ancré dans une sorte de minimalisme. Au lieu de dépenser tout leur argent dans une grande maison (et les nombreuses dépenses que de telles structures génèrent), les habitants des tiny houses s’attachent davantage à ne garder que les objets qui comptent vraiment pour eux, afin de gagner du temps, de l’argent et de l’espace pour les choses qu’ils veulent vraiment apporter dans leur vie. Et dans de nombreux cas, l’une de ces choses est le voyage – ou, plus précisément, les expériences uniques avec de nouveaux lieux et de nouvelles personnes que seul le voyage peut offrir.

Si vous souhaitez mener une vie de voyageur à plein temps, vivre dans une tiny house sur roues peut sembler être la solution parfaite. Vous bénéficiez de tout le confort et du style d’une « vraie » maison, associés à la mobilité et à la commodité d’une caravane de voyage – ou du moins, c’est ce qu’il semble, compte tenu des interminables trous de lapin Instagram et Pinterest des tiny houses roulantes d’apparence parfaite, garées dans des endroits toujours plus pittoresques.

Mais la vérité est que les tiny houses ne sont pas construites pour se déplacer de la même manière que les caravanes – même celles qui sont construites sur roues. Parce qu’elles utilisent généralement des matériaux de construction traditionnels et des pratiques conçues pour des habitations permanentes, les tiny houses peuvent subir des dommages lorsqu’elles sont exposées au stress et au frottement de la route, et nécessitent même un entretien prolongé après chaque voyage. Bien sûr, les camping-cars et les caravanes sont également bien connus pour leurs besoins d’entretien… mais comme ils sont construits spécifiquement pour le mouvement, la plupart de leurs pièces peuvent supporter beaucoup plus de mouvements et de secousses qu’une tiny house.

Il est également important de comprendre que les tiny houses existent dans une sorte de zone grise d’un point de vue juridique. De nombreuses villes ont mis en place des codes de construction spécifiques destinés à empêcher les gens de créer ou de vivre dans des structures peu sûres. Cependant, ces codes peuvent finir par poser des problèmes en raison de normes de « sécurité » arbitraires, comme la superficie minimale en mètres carrés, qui pourrait rendre une tiny house illégale ; certaines villes peuvent exiger que tout domicile soit construit sur des fondations solides, plutôt que sur des roues.

Selon l’endroit où vous vous trouvez, ces règles peuvent ou non être réellement appliquées – surtout si vous pouvez situer votre tiny house sur une propriété privée, par exemple, dans le jardin de quelqu’un. Dans ce genre de scénario, il est peu probable que vous ayez des ennuis, à moins que vous n’ennuyiez spécifiquement quelqu’un ou que vous ne marchiez sur ses plates-bandes, mais si vous adoptez ce mode de vie, vous devez comprendre que vous pouvez enfreindre la loi simplement en dormant dans votre propre lit chaque nuit. (Ce qui, pour être honnête, semble plutôt cool).

Tiny house, caravane ou les deux ?

Une autre façon d’aborder la vie de caravane minuscule est de garer votre véhicule dans des terrains de camping, qui sont toujours des endroits légaux pour camper. Si votre tiny house est équipée d’un raccordement à l’eau et à l’électricité comme un camping-car, cette option est encore plus attrayante ; vous pourrez profiter de tout le confort de la maison – littéralement – sans avoir à vous soucier de l’installation solaire ou de l’utilisation de toilettes à compostage.

En parlant de caravane… si le mouvement de la tiny house vous plaît, vous pouvez aussi envisager sérieusement d’essayer le mode de vie du camping-car, surtout si vous prévoyez de voyager beaucoup. Comme mentionné ci-dessus, même les tiny houses construites sur roues ne sont pas vraiment adaptées aux déplacements constants, mais constituent plutôt une bonne option pour ceux qui veulent surtout vivre une vie stationnaire mais qui, à l’occasion, ramassent et déplacent, peut-être sur une base saisonnière. Il se développe par exemple à l’initiative de TocTocTiny des petits villages de tiny houses

Cependant, si vous souhaitez avoir une nouvelle vue de votre pare-brise toutes les quelques semaines environ, le camping-car pourrait être une solution plus logique pour vous. Et bien qu’ils n’aient pas le même facteur de forme ultra-mignon que la plupart des tiny houses, les véhicules de loisirs sont toujours fonctionnels, attrayants et stylés… sans parler du fait qu’ils sont disponibles dans une grande variété de types, d’empreintes et de prix, vous êtes donc sûr de trouver une solution qui vous conviendra.